Pays bénéficiaire
Pays associés

Selon l’ONUDC, on estime que 1125 tonnes de cocaïne ont été produites en Amérique du Sud en 2015. La majeure partie de cette cocaïne est transportée à travers l’Atlantique sur des navires, la plupart du temps dissimulée dans des conteneurs ou sur des navires de marchandises, des bateaux de pêche et des yachts. Les groupes criminels organisés changent constamment leurs méthodes et leurs itinéraires de transport.

Cette flexibilité du trafic maritime transatlantique est une raison fondamentale pour laquelle il est nécessaire de cibler toutes les routes de trafic transrégionales entre l’Amérique latine, les Caraïbes, l’Afrique de l’Ouest et l’Europe de manière cohérente et simultanée. Le projet des communication des ports (SEACOP) a été lancé pour renforcer les capacités des pays situés le long de la route transatlantique de la cocaïne et pour les aider à lutter contre le trafic maritime de manière efficace et coordonnée.

SEACOP vise à renforcer les capacités dans les ports en soutenant la mise en place d’unités communes de contrôle maritime (JMCU) dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, d’Amérique latine et des Caraïbes. Les activités comprennent également la mise en place d’unités de renseignement maritime (MIU) spécialisées dans les ports et les zones côtières sensibles, et le soutien à une plus grande coopération internationale et à l’échange d’informations. Le projet prévoit une formation spécialisée en matière de recherche et de renseignement, ainsi que l’équipement et les outils informatiques nécessaires pour lutter efficacement contre le trafic maritime illicite.

Le projet est mis en œuvre par un consortium d’États membres de l’UE dirigé par Expertise France.

timeline_pre_loader

SEACOP I & II

07/2010-07/2015

SEACOP III & IV

12/2014-12/2020